PVT Canada : les démarches à faire avant de partir !

PVT Canada : les démarches à faire avant de partir !

— Retrouve tous nos articles concernant l’expatriation au Canada ici ! —

Une fois le PVT en poche, il est désormais nécessaire de préparer le départ tant attendu pour le Canada !

Malgré ce que l’on peut croire, on ne part pas d’un jour à l’autre sans préparation ni planification, car il vous reste encore beaucoup à faire afin de pouvoir partir sereinement.

Afin d’éviter les oublis et de vous préparer un maximum, nous avons listé toutes les démarches à faire avant de partir.

Le Budget

Le budget est l’étape la plus importante, car il faut définir un budget qui soit avant tout réaliste et celui-ci va potentiellement conditionner votre date de départ suivant la somme disponible que vous avez sur votre compte en banque.

En 2020, le Canada impose aux PVTistes d’avoir au minimum $2500 (environ 1750€), mais soyons clair cela ne sera pas du tout suffisant pour y vivre et s’y installer confortablement. Comme nous l’expliquons dans l’article consacré à la recherche d’appartements à Toronto, il faut souvent avancer plusieurs mois de loyer pour décrocher un appartement décent, car venant de France nous ne disposons pas de « credit score ». Comptez également qu’il est possible que vous mettiez plusieurs mois avant de trouver votre premier emploi et la somme dont vous avez besoin – réellement pour ces premiers mois – grimpe rapidement.

Personnellement, nous sommes arrivés avec environ $15 000 (pour deux personnes) et entre les quatre mois de loyers à avancer et la recherche de travail qualifié qui a pris plus de temps que prévu, cela n’était pas de trop.

Prévoyez au moins le double, voire le triple de la somme demandée par le Canada, surtout si vous comptez vous installer à Toronto ou Vancouver où les prix de l’immobilier ont explosé en l’espace de quelques années. Si vous n’avez pas cette somme, décalez votre date de départ ! Vous avez au maximum un an pour partir après la réception de la lettre de confirmation de votre PVT et il serait dommage de partir trop vite sans avoir les fonds nécessaires pour vous installer confortablement.

Pour calculer votre budget total :

  • Loyer : le temps de trouver une chambre en colocation, le mieux est de réserver dans une auberge de jeunesse ou de prendre un AirBnB.chambre dans une colocation entre $1000 et $1400 / appartement avec une chambre environ $2000)

Billets d’avion

Avoir une idée de prix réelle du coût des billets peut vous aider à y voir plus clair sur votre budget. Nous vous conseillons d’utiliser un comparateur de prix comme Skyscanner ou Momondo. Noubliez pas d’ajouter le prix des bagages en soute selon les compagnies, car ils ne sont pas toujours inclus dans le prix, même pour un vol transatlantique. Nous nous sommes fait surprendre lors d’un retour en France avec Air Transat, leurs billets éco n’incluent pas de bagages en soute. Vous pouvez cependant profiter de l’offre PVTistes vous offrant un bagage de 23 kilos par personne.

Pour un aller simple comme le PVT Canada, nous vous conseillons de vous y prendre le plus tôt possible (entre 9 mois et 3 mois avant votre date de départ). Nous avons pris Icelandair, avec un arrêt de deux heures en Islande, le prix était divisé par deux en comparaison avec un vol direct.

Administratif

  • Lors de la réception de la lettre de confirmation de votre PVT, une AVE (autorisation d’entrée sur le territoire canadien) sera directement liée à votre passeport et elle sera valable cinq ans. Si vous avez changé de passeport entre le moment où vous avez reçu la lettre et votre arrivée, il vous faudra demander une nouvelle AVE via ce site.
  • Scannez tous vos documents importants : Lettre de PVT, Carte d’identité, passeport, permis de conduire, carnet de vaccination international, facture du matériel important qui sera dans votre valise. Stockez-les sur Google Drive ou autre dans le cas où malheureusement vous perdriez vos affaires. Nous avons pris la précaution de les stocker sur différentes plateformes, on n’est jamais trop prudent (laisser les ordonnances originales à un de vos proches qui pourra vous les transmettre en cas de nécessité.)
  • Notez également les numéros de vos CB ainsi que le numéro de l’assistance.
  • Le Ministère des Affaires étrangères a mis en place ce site : le fil d’Ariane. Vous pouvez indiquer votre parcours sur ce site et recevoir conseils et avis selon la situation (qu’elle soit politique ou qu’elle présente un risque pour votre santé) également renseigner le contact d’une personne en France en cas de prévention.

Santé

  • Profitez de votre mutuelle d’entreprise si vous en avez une et si elle est avantageuse pour faire un bilan de santé complet (généraliste, ophtalmologue, gynécologue, …) et ainsi partir serein. Vous pouvez grâce à la sécurité sociale bénéficier d’un examen gratuit de prévention en santé (anciennement bilan de santé). Pour en profiter, prenez rendez-vous via votre CAPM.
  • Prévoyez votre contraception et vos traitements pour la durée de votre PVT. Si vous avez des lunettes et/ou lentilles de contact, nous vous conseillons de laisser une paire de lunettes de vue chez des proches en cas de vol, ou perte.
  • Scannez toutes les ordonnances dont vous avez besoin et stockez-les sur Google Drive ou Dropbox.
  • La durée du PVT Canada est de deux ans maximum, mais celle-ci est liée à la durée de l’assurance santé à laquelle vous allez souscrire. Si vous prenez une assurance santé de six mois, l’agent d’immigration vous délivrera un visa de six mois seulement. Nous avons choisi Chapka qui, pour nous, présentait plus d’avantages et était réactive que GlobePVT, l’assurance conseillée par PVTistes.

Logement

Que vous soyez propriétaire ou locataire, il vous faudra quitter votre logement.

Locataires, prévoyez 3 mois de préavis (ou 1 mois si vous êtes dans une zone dite « tendue »). Prenez le temps de vendre vos meubles ou de les stocker chez un de vos proches si vous en avez la possibilité. Dans le cas échéant, vous pouvez louer un box au mois ou à l’année dans lequel vous pouvez entreposer vos meubles.

N’oubliez pas de faire un changement d’adresse là où nécessaire. La Poste propose un service spécifique en cas de déménagement.

Travail

Plusieurs possibilités pour quitter son emploi :

  • Rupture à l’amiable, souvent refusée, mais il ne faut pas hésiter à demander. C’est un avantage non négligeable afin d’avoir des droits à l’allocation chômage au retour de voyage.
  • Congé sabbatique (toutes les informations sur la page dédié du site Service Public)
  • Démissionner, vous avez entre 1 et 3 mois de préavis selon votre contrat.

Pôle Emploi

Tout le monde se pose LA fameuse question du chômage avant de partir : a-t-on le droit de le toucher pendant notre voyage ?

Si vous comptiez sur l’argent de votre chômage comme financement, ce ne sera malheureusement pas possible, car cela est illégal ! En effet, vous risquez de vous faire prendre, de perdre ce droit et en plus de devoir tout rembourser.

Néanmoins, vous pourrez compter sur vos ARE (Allocation du Retour à l’Emploi) dès votre retour et ça, c’est réellement une bonne nouvelle !
En France on culpabilise et l’on montre souvent du doigt les personnes qui prennent le temps de souffler et qui bénéficient du chômage. Ne pas céder à la tendance et profiter.
En rentrant d’une expatriation ou d’un long voyage, il sera bon de se poser avant de plonger dans la recherche d’un emploi. Vous avez travaillé et gagné le droit de toucher cet argent le temps de se reconditionner au métro-boulot-dodo.
Le mieux est de finaliser tous les détails avant de partir, les délais de traitement des dossiers sont parfois très longs. L’idée de se replonger dans les enfers que sont les administrations françaises, surtout pôle emploi en rentrant de voyage n’est pas des plus attrayantes.

Pensez à vous s’inscrire à Pôle Emploi minimum un mois avant de partir. La création de votre dossier se fait uniquement sur le site internet de Pôle Emploi, une fois que c’est fait vous allez avoir un rendez-vous physique la semaine suivante avec votre conseiller(e). Quinze jours après, vous recevrez une lettre indiquant l’acceptation ou le refus de votre demande d’ARE, tout dépend de la façon dont vous avez quitté votre emploi.

La dernière étape consiste à geler ses droits :

  • Si vous avez quitté un CDD, vous n’avez pas de période de carence quant à votre droit de toucher l’ARE  indiquez dès que possible que vous partez en voyage afin que vos droits soient gelés. Il vous suffit lors de votre première actualisation d’indiquer que vous n’êtes plus en recherche d’emploi.
    À votre retour, il vous suffit de vous reconnecter, d’indiquer que vous êtes à nouveau à la recherche d’un emploi pour que tout se remette en marche, le mois suivant vous pouvez toucher votre ARE.
  • Si vous avez démissionné ou que vous avez eu une rupture conventionnelle, sachez que vous pouvez avoir jusqu’à 5 mois de délai de carence le mieux à faire, est d’attendre que les 5 mois de carences soient finis avant de geler ses droits, ainsi à votre retour en France vous pourrez bénéficier de votre ARE.

Vos droits sont gelés pour un délai de 3 ans.

Banque au quotidien et transferts d’argents

Si vous avez un compte bancaire dans une banque traditionnelle, il y a de fortes chances que celle-ci vous propose une option ou une carte que vous pourrez utiliser au Canada. Cependant, elles ne sont que très rarement avantageuses.

Nous avons opté pour la néo-banque N26 qui propose une carte gratuite que vous pouvez utiliser dans le monde entier sans aucuns frais.

Pour transférer de l’argent d’un compte français à un compte canadien, le plus simple est d’utiliser TransferWise qui se chargera de tout à votre place en vous proposant le meilleur taux de change. Vous pouvez aussi utiliser Transfr.io pour voir quel service est le plus avantageux.

Forfait téléphone

Les prix des forfaits au Canada sont parmi les plus élevés au monde. Comptez au minimum $50 par mois pour quelques GB de data.
Pour avoir un aperçu des prix actuels, vous pouvez vous rendre sur les sites internet de Rogers, Bell, et Telus qui sont les trois opérateurs principaux au Canada.

Le plus simple et le plus avantageux est tout simplement de passer chez Free Mobile. Il y a quelques années, un quota de consommation par mois avait été mis en place, mais ce n’est plus le cas aujourd’hui.
Vous pouvez donc rester pendant deux ans au Canada avec votre forfait Free (appels illimité en France et au Canada, 25GB en 4G+) sans aucune crainte d’être en hors forfait ou qu’il soit coupé du jour au lendemain.

Une fois sur place, vous allez quand même avoir besoin d’un numéro canadien, ne serait-ce que pour que les employeurs vous appellent lors de votre recherche d’emploi.

Deux solutions s’offrent alors à vous: 

  • Acheter le téléphone le plus basique que vous allez trouver puis prendre une carte SIM chez Koodo ou Fido.
    Cela vous coûtera environ $15 dollars par mois plus le prix des minutes.
  • Installer une application telle que TextMe ou Fongo sur votre smartphone qui vous donnera un numéro canadien.
    La connexion n’est pas toujours très bonne, mais cela vous coûtera toujours moins cher que de prendre un forfait sur place.

Permis de conduire

Si vous avez obtenu votre permis de conduire en France et que vous comptez rester au Canada plus de quelques mois (60 jours en Ontario / 6 mois au Québec), il n’est pas nécessaire de demander le « Permis de Conduire International ».
Le Canada vous oblige à échanger votre permis français (vous ne le garderez pas) contre un permis canadien. Pour cela, il vous faut un document appelé « Relevé d’Information Restreint » que vous pouvez demander à votre préfecture avant de partir (faites bien attention à ce qu’il soit tamponné).

Si vous êtes déjà parti, vous pouvez faire la demande par e-mail la préfecture qui a délivré votre permis ou directement à la préfecture de Nantes – pref-permis-de-conduire-recherches@loire-atlantique.gouv.fr – qui est celle qui centralise les demandes. Plus d’informations sur le site de l’ambassade de Toronto. Une fois le RIR en poche, vous n’avez plus qu’a vous rendre au Service Ontario (777 Bay St) à Toronto, pour faire l’échange.

Tout cela peut paraître insurmontable, mais pas d’inquiétude ! Une fois tous les éléments en poche, on est sûr de partir l’esprit tranquille. Vous êtes maintenant prêt pour l’aventure !

— Retrouve tous nos articles concernant l’expatriation au Canada ici ! —

3 commentaires

  1. Bonjour et merci pour vos infos très utiles!
    Nous nous trouvons dans la situation ou ma copine termine son CDI dans quelques jours, un mois avant notre départ en tour du monde( – d’un an). Elle va s’inscrire à Pole Emploi puis geler ses droits. Cependant quand je vous lis, j’ai l’impression qu’il est plus intéressant de commencer le voyage sur les mois de carences et de geler ses droits une fois les carences terminées. En clair, on s’inscrit à Pole Emploi, 3 mois de carences obligatoires, on part en voyage et au bout de 3 mois à l’étranger, elle gèle ses droit.
    Ma question est pendant ces trois mois de carences, n’est on pas susceptible d’être convoqué pour un entretient pole emploi? N’y a t’il pas un risque de radiation?
    Merci pour vos retours d’expériences 🙂
    Christophe

    1. Bonjour Christophe !

      Tout dépend de la façon dont son CDI se termine: si elle part en rupture conventionnelle, le délai de carence peut varier en fonction de son indemnité de départ (de 10jours à 3mois).
      Toutefois si c’est une démission, il est évident que les trois mois incitent à ne geler ses droits qu’une fois en tour du monde… C’est en effet une possibilité d’être convoqué, c’est pourquoi je lui conseille de s’inscrire le plus tôt possible, ainsi elle à un rendez-vous rapide avec son/sa conseiller(e).
      Pour exemple, je correspond beaucoup par mail avec ma conseillère, nous convenons des rendez-vous ensemble et je lui tiens compte de ma situation sans que l’on se rencontre (nous ne nous sommes vues qu’une seule fois, alors que j’ai eu plusieurs semaines de chomage entre chaque CDD, mais instaurer une bonne communication permet d’échapper aux rdv).
      Je n’aurai donc aucun mal à geler mes droits après la période des 3 mois si j’avais été en CDI. (Mais j’ai pris les devants, j’ai quitté mon CDI il y a un an et ai obtenu un CDD qui se termine pile poil avant notre départ héhé)

      Les rendez-vous étant trimestriels, elle a peu de chance de se faire convoquer durant la première partie de votre tdm! De plus sache que maintenant Pole Emploi a mis en place un système qui te permet de refuser deux fois une convocation, sans motif particulier, par contre, la troisième fois sans motif : radiation. Elle peut très bien, si une convocation arrive, refuser une fois, puis geler ses droits. Elle aura au moins gagner quelques semaines/mois et ce sera déjà pas mal 🙂

      J’espère avoir répondu à tes questions, je sais que Pole Emploi reste flou pour beaucoup de personnes encore !

      Vous partez où ?
      Bon voyage et merci pour ce commentaire !

      Floriane.

  2. Merci sincèrement pour ton feed back. C’est d’une grande aide. Ma copine va tenter de faire la carence en voyage et geler les droits dans la foulée, histoire d’être sereine au retour.
    On part pour un TDM d’un an, première étape Amérique du Sud, Océanie, Asie, et une escale d’un mois en Afrique (Namibie). Ça c’est la version prévue ^^, après on est pas à l’abri d’un pays coup de cœur :).
    Je découvre tout juste ton site, la réponse y est peut être… mais es tu toujours en vadrouille? Si à l’occaz on se trouve au même endroit (le monde est petit parait-il) on t’offrira un verre (Froid ou chaud suivant le climat) avec plaisir.
    Christophe et Lucie

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.