PVT Toronto : Le bilan de notre premier mois !

Cela fait déjà un mois que nous avons atterri ici, le temps passe si vite. Je me souviens, quand on a évoqué l’idée de partir, nous avions fait un décompte à j-540, et nous sommes déjà ici depuis un mois. Nous allons essayer de résumer ce premier mois riche en émotion !

Au revoir Paris, hello Toronto !

Le 29 janvier dernier, nous avons pris nos quatre valises et nos sacs à dos, direction l’aéroport, pour 10h de vol, départ 13h10.

Un peu la boule au ventre de partir sans savoir ce que nous allions trouver à l’atterrissage. Parce que oui, nous sommes tout de même partis nous expatrier dans un pays où aucun de nous n’avait mis le moindre orteil, un sacré pari donc. Après un court arrêt en Islande, nous avons finalement atterri à Toronto, avec vingt minutes de retard. Notre arrivée coïncidant avec une énorme tempête de neige, notre avion a dû s’y reprendre à plusieurs fois pour se poser (tout de suite dans l’ambiance).

Passer toutes les douanes et obtenir notre visa ,va nous prendre une bonne heure et demie. Le précieux en poche, nous pouvons enfin respirer, nous avons un petit peu le cœur qui bat à 100 000 quand on passe les portes de l’aéroport. Ça y est, on y est ! On est Canadiens pour deux ans !

Contrairement à beaucoup de Pvtistes, pas de réservations Airbnb ou de chambre en auberge de jeunesse, nous serons hébergés par certains membres de ma famille. Une partie de la famille du côté de mon père a immigré il y a plus de cinquante ans au Canada, à Toronto précisément et je ne les avais jamais vu. Après de multiples échanges de mails et d’appels, ils ont proposé de nous héberger et de nous aider à commencer notre nouvelle vie.

La personne chez qui nous restons a eu la gentillesse de venir nous chercher à l’aéroport. On passe le trajet à discuter, le front collé aux vitres de la voiture en essayant de capturer quelques images de la ville.

La découverte de la ville et du mode de vie à la Canadienne

Nous avons choisi Toronto parce que nous voulions évoluer dans un environnement 100% anglophone. Aucun des membres de ma famille ne parle français, nous avons donc été forcés de parler anglais tout de suite et toute la journée depuis un mois, plongés dans le bain dès l’arrivée.

Et je dois dire qu’ils ont tous été très impressionnés de notre niveau d’anglais ! Je m’attendais vraiment à ce que cela soit dur, mais en fait : pas. du. tout. Nous comprenons à 100% toutes les conversations, les explications, les étiquettes, ou les menus. On bute encore quelques fois sur la conjugaison quand on parle, mais globalement on est très à l’aise.

Toutes les personnes que nous rencontrons nous demandent comment cela se fait que nous ayons autant de vocabulaire, une seule réponse : les milliers d’heures de série télé avalées depuis qu’on a 15 ans. Désolée pour l’Éducation nationale, mais Grey’s Anatomy et les Frères Scott m’ont appris plus de vocabulaire en 13 saisons que tout le collège et le lycée réunis ! Toronto est une des villes les plus multi culturelle du monde, plus de 50% de la population n’est pas née au Canada. Les gens prennent donc vraiment le temps de vous comprendre, sans faire attention à votre accent ou vos fautes de conjugaison.

Ma famille est très grande de ce côté de l’Atlantique, nous avons rencontré une vingtaine de personnes et il reste encore le double à connaître. Depuis un mois, nous n’avons pas cessé d’être invités partout, pour dîner, pour faire de la patinoire, au cinéma, pour goûter ou pour se promener. Nous avons même été invités à un gala de charité ! Comme dans les films, robe de soirée et smoking obligatoire, c’était une chouette expérience.

C’est vraiment trop agréable de se laisser porter lorsqu’on arrive par les locaux et découvrir des tonnes de bonnes adresses pour faire ses courses, les petits restos ou les jolis parcs où se balader.

L’expérience la plus cool était d’aller voir un match de basket. Les Canadiens sont fous de basket et de hockey. Nous avons eu la chance d’être invités pour voir un match des Raptors (l’équipe de Toronto) contre une équipe américaine.

Et alors, ça a été la grande découverte de la vie à l’Américaine. Le stade est énorme, peu importe où vous êtes assis quelqu’un viendra vous demander ce que vous souhaitez manger. Pop-corn au beurre, nachos, burger, frites, hot-dog, wings, bière, glace.. Bref toute la malbouffe du monde réunie dans un seul menu, vous êtes livré sans bouger de votre siège! Pom-pom girls, mascottes qui glissent à plat ventre sur le terrain ou encore cadeaux qui tombent du ciel, rien ne manque à l’appel. Pour finir en beauté : si les Raptors gagnent en marquant plus de 100 points, il suffit d’apporter son billet dans une pizzéria pour avoir une pizza gratuite …

L’occasion en sortant de découvrir le cœur de la ville pour la première fois! Toronto est six fois plus grande que Paris, la ville est donc très très étendue. Même son centre-ville, downtown, est gigantesque, on se sent tout petits au milieu des gratte-ciels. Toronto est un mélange fascinant de vieux buildings centenaires et de gratte-ciels qui ont vu le jour il y a moins de cinq ans. On appelle facilement cette ville  » le New York canadien » et on comprend vite pourquoi! Toutefois, aucune impression d’être écrasé ou noyé dans la foule ici, parcourir les rues downtown est vraiment très agréable.

Floriane étant restée en Freelance avec son ancien employeur parisien, elle travaille du lundi au vendredi. Nous n’avons pas encore pris le temps de visiter les alentours de Toronto. Notre premier mois canadien étant avant tout dédié à tout l’administratif auquel aucun expatrié ne peut échapper : ouverture de compte en banque, numéro de sécurité sociale, découverte des transports en communs, et recherche d’appartement.
Nos week-ends étant chargés entre visites dans la famille et visites d’appartement. La bonne nouvelle est que : nous avons trouvé un appartement !

Nous vous en dirons plus dans un prochain article, nous récupérons les clefs mercredi soir! Nous sommes impatients d’avoir enfin un chez-nous, prochaine étape : acheter une voiture et commencer à découvrir le Canada.

On vous laisse avec la vue de notre nouvel appartement, à très vite !

 

On est aussi présents sur pinterest !

Floriane

Floriane

Gryffondor de la première heure. Parisienne & féministe. Si je ne cours pas la planète, vous me trouverez plongée dans un roman ou devant une série télé.

4 commentaires

  1. Sympa ce premier mois à prendre ses marques. C’est normal au début, ça fait beaucoup de changements tout ça. Je vous souhaite plein de bonnes choses ! Je ne connais pas le Canada mais je suis sûre que votre expérience va être géniale !

  2. Coucou !
    Oh wow une bien belle aventure qui commence ! C’est chouette, parce que cela te fait découvrir ta famille !
    Avec mon mari, nous rêvons de partir vivre au Canada, mais plutôt côté New-Brunswick, mais dur dur, surtout qu’on a un petit garçon de 6 ans, il faut que ce soit quand même un peu francophone haha !
    Je vous souhaite plein de belles choses !
    Belle journée,
    Laura – Bambins, Beauté et Futilité

Laisser un commentaire